0
Documentation

Tissu Bogolan

8 octobre 2018

Le Bogolan

Le terme de bogolan désigne à la fois un tissu et un style particulier de teinture artisanale. Cette technique est utilisée en Afrique de l’Ouest : Mali, Burkina Faso, Guinée. Le mot bogolan, vient des mots bogo « terre », et lan « avec ». Le Bogolan est le résultat d’une boue fermentée sur le tissu, aux couleurs de l’Afrique, sable et terre.

Au commencement, sa toile de coton blanc est filée et tissée en bandes de 5 cm à 12 cm de large, puis vendue en longs rouleaux. Les bandelettes sont cousues bord à bord à la main, pour former de grandes pièces de tissu. Ces cotons sont trempés dans une teinture végétale réalisée à base de feuilles qui offre une couleur beige voire ambrée, technique traditionnelle de teinture. Le bogolan est alors mis à sécher au soleil puis de la boue est appliquée sur le tissu. Il est ensuite remis à sécher puis est lavé pour en retirer les excédents. Ce limon provient de marigots et est riche en sels ferreux. La réaction chimique entre l’oxyde ferrique et l’acide tannique donnera la couleur noir caractéristique du bogolan. Le processus de trempage avec cette boue est répété plusieurs fois sur les zones où on souhaite renforcer ce coloris. Un processus de teinture complexe requérant plusieurs rinçages dans la boue et de l’eau, puis de multiples séchages au soleil. D’autres motifs apparaitront ensuite sous l’effet de différents bains de plantes tinctoriales en fonction du dessin et des couleurs souhaités, tracés à l’aide de bâtonnets de bois.

Comme fréquemment en Afrique, le bogolan est le beau reflet d’une complémentarité de savoir-faire de la femme et de l’homme. Les femmes filent le coton, les hommes le tissent pour réaliser les pièces de toile que les femmes teignent et décorent.

A l’origine, chacun des motifs sur le bogolan revêtait un sens particulier, destiné aux épouses, aux filles, aux jeunes mariés, aux chasseurs, aux sorciers et étaient porteurs d’une véritable valeur mystique. Les artisans s’inspiraient de la nature, d’éléments de la vie quotidienne en Afrique. Désormais, il s’agit surtout de dessins décoratifs, motifs abstraits ou géométriques.

Rédaction Sylvie Brignon

Vous pourriez aussi aimer...