0
Documentation

Tamegroute

17 mai 2018

Paroles du passé

Tamegroute est le nom de ce village aux portes du désert, plongé dans la vallée du Dràa au Maroc gorgée de lumière et d’eau. A lui seul il détient les secrets de fabrication de cette poterie singulière à qui il a donné son nom. Tamegroute résonne au cœur de ses étendues de paysage de terre ocre et de jardins, posés là, comme un mirage. Ces objets de terre fascinent, le regard plonge dans ses nuances de vert unique, empruntées à la nature, l’échappée opère.

Terre d’argile humide, la petite ville abritent les ateliers qui comptent parmi les plus anciens du pays. Ils existent depuis le XVIème siècle. Les techniques ancestrales demeurent inchangées et se transmettent de génération en génération. Patrimoine protégé, conservé jalousement. Production locale, l’argile mère est extraite de galeries souterraines puis foulée, malaxée. Tournée à même le sol, le procédé s’inverse. L’argile domine la terre et l’homme s’y introduit de moitié pour se mettre à son niveau. De là l’objet naît, bols, assiettes, saladiers, plats, jarres, tuiles, et sont mis à sécher au soleil.

Les coups sur la pierre rythment les phases de réalisation, la silice est extraite. Mélangée à un alliage de manganèse, d’oxyde de cuivre et de farine d’orge, la poterie est enduite, terre ocre maintenant bleue grise.

Recouverts de cette pâte, tous ces objets sont disposés dans les fours traditionnels faits de pierres et d’argile. La place est limitée. Ils sont empilés méticuleusement les uns sur les autres et recouverts d’herbes sèches, de bois, de feuilles de palme des oasis alentours.

La puissance du vert dépend de la température de cuisson. Cinq heures d’alimentation sont nécessaires pour atteindre 1100 degrés. Les fours expulsent une épaisse fumée noire qui s’élève au dessus du village. Le vert éclot. Sans l’ajout du cuivre, les potiers obtiennent un émail ocre. La poterie est dense, rustique, authentique aux teintes profondes et à la surface accidentée. Coulures, goutte, ondulations, le feu a fait son travail, il a même parfois déposé son empreinte noire. Ce qui en fait sa beauté et sa signature éternelle. Les ancêtres ont parlés.

Rédaction Sylvie Brignon

Vous pourriez aussi aimer...